Europ   

“The European Commission support for the production of this publication does not constitute an endorsement of the contents which reflects the views only of the authors, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.”

“Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.”

 
lithuania flag grande 250px Flag of France.svg  Flag of Britain.svg 

 

 

La légende du lac Arimaiciai

Pas loin de Šeduva se trouve le lac Arimaiciai qui ondule lentement ses petites vagues vertes. Nos ancêtres racontent que dans les temps anciens il n'y avait pas de lac sur cette place. La région était entourée des bois  énormes et des forêts denses, pleines des animaux et des oiseaux.

 Une fois un jeune homme noble est allé à la  forêt pour chasser ou peut-être chercher de l'aventure ou de la fortune, qui sait maintenant ... Il ne montait pas à cheval  seul, non, son fidèle serviteur l‘accompagnait. Tous les deux, ils ont erré  longtemps dans la densité de la forêt, ils ont parcouru les brousses, les sentiers étroits, mais sans aucune capture. La fatigue les a pris.   Soudainement le ciel s‘est assombri, il semblait que la nuit est tombée avant son heure. Le noble a envoyé son serviteur  pour apprendre ce que se trouvait là-bas. Le serviteur est sorti de la forêt, il a vu  le labour. Et il a crié:

- Monsieur, monsieur ce ne sont que des labours!

Le jeune noble est allé à la clairière et  une image étrange a apparu devant ses yeux – un paysan labourait le champ avec deux vieux chevaux. Au-dessus du labour dans le ciel, il y avait un grand nuage noir. Le laboureur appelait ses chevaux en les fouetant et criait: « Ariimauč, ariimauč!».  Cépendant, avec chaque son du fouet et chaque cri du paysan, le nuage noir s'assombrissait et descendait lentement. Et tout à coup, sur le cri « Ariimauč! » le nuage est tombé sur le labourage et le laboureur. Instantanément sur cet endroit, le lac a émergé où le paysan avec ses chevaux  se sont perdus.

Le serviteur a crié:

- Oh là là, monsieur, regardez, regardez, arimaiciai, arimaiciai! - et tous les deux rapidement ont tourné leurs chevaux dans le bois pour se sauver des eaux  qui venaient.

Donc, ce lac est nommé Arimaičiai au nom des champs labourés avec des chevaux.

arim2